Un vert à moitié plein ?

benchmarked-2008

Le sujet est à la mode – ce qui est plutôt mauvais signe ! – mais on ne peut pas éviter de l’aborder : comment identifier une chambre d’hôte ou un hôtel qui a de réels engagements pour la préservation de la planète, d’une part, et comment mettre en avant cet engagement ? Et bien sûr, quels engagements nous, Autrement, pouvons nous prendre pour limiter notre emprunte écologique ?

On détaillera dans un autre billet la réponse à la seconde question. Pour la première, nous sommes encore en train d’y réfléchir, sans y voir très clair aujourd’hui.

Nous avons pour l’instant 2 pistes.

La première consiste à mettre en avant un ou plusieurs labels reconnus, établis par des institutions indépendantes, et qui auraient été attribués à un établissement suite à un audit assez poussé. A ce jour nous avons identifié le label Green Globe qui semble faire référence, et qui a été attribué à seulement 3 hôtels en France à ce jour. Nous n’allons pas créer notre propre label, c’est un métier très loin de nos compétences, mais nous avons la responsabilité, en tant qu’éditeur, de sélectionner ceux qui nous paraissent sérieux, pas ceux qui permettent de s’acheter une conscience.

La seconde consiste à profiter des visites que nous effectuons (et oui, contrairement à de nombreux site, nous envoyons vraiment quelqu’un visiter les hébergements !) pour poser une petite dizaines de questions qui nous permettront, à défaut de dire si un lieu est réellement « Vert », de mesurer son engagement et la direction qu’il prend. Cela n’a pas autant de valeur qu’un label indépendant, c’est certain, mais cela nous paraît constructif de signaler cet engagement.

Voilà où nous en sommes. Si vous connaissez d’autres labels, ou si vous avez des idées complémentaires pour mettre en valeur celles et ceux qui partagent nos valeurs, n’hésitez pas à commenter ce billet : on est franchement demandeurs.

Un dernier point : notre engagement est sincère, mais on ne souhaite pas tomber dans l’excès. Nous militons pour un engagement pour la préservation de la planète, mais nous sommes très loin des militants de la décroissance (je peux en parler des heures …) et des discours culpabilisants et moralisateurs que nous entendons parfois. Bon, là, je dérape, on en parlera une autre fois.

Durablement votre.

Michel

Publicités

En quête de Sens

sens

Bon, tout de suite, un titre pareil, on sait qu’on ne va pas trop rigoler. Mais quand même : le sujet est important. S’il n’y a pas un socle commun sur lequel on peut bâtir quelque chose, on sent bien que l’édifice est fragile. On pourra toujours dire, façon Dalida et Delon, que ce ne sont que des mots, encore des mots, toujours des mots. Mais nous avons la faiblesse d’y croire. Nous, c’est à dire les 4 premiers qui ont choisi cette aventure.

Le premier document que j’avais écrit sur le sujet date du 18 septembre 2008. En le relisant, je trouve qu’il est de plus en plus pertinent, quand on voit l’évolution économique de ces derniers mois. Un peu comme si l’absence de sens, qui caractérise le système que nous avons connu ces dernières années, devenait chaque jour un peu plus évidente.

En effet, la première des valeurs que nous souhaitons partager, c’est justement celle-là : Autrement est une entreprise avec un Sens. Qu’est-ce que nous entendons par là ? Tout simplement que la recherche du profit n’est pas le seul objectif. Qu’une entreprise, en tant qu’organisation humaine d’une part, en tant que moteur économique du pays (ça, nous y croyons ferme), doit assumer des responsabilités beaucoup plus vastes que la seule rémunération de ses actionnaires.

Entendons nous bien : il ne s’agit pas d’une œuvre caritative : il y a d’autres structures pour cela, que chacun, à titre individuel, peut décider de soutenir. Mais l’Entreprise, avec un grand E, doit assumer d’autres responsabilités. Qu’elles soient sociales (embaucher et former des jeunes, lutter contre toute forme de discrimination, voire favoriser certaines embauches, etc.) ou environnementales (diminuer son empreinte carbone, limiter ses déplacements, économiser les ressources non renouvelables, …). Concrètement, on ne sait pas encore toutes les formes que cela va prendre (vos idées sont les bienvenues …), mais l’essentiel et d’en prendre la direction.

Pour commencer, et on a conscience que ce n’est qu’un début, on a choisi d’être en centre ville, et de rembourser l’abonnement RTM à tous les salariés. Histoire d’éviter tout déplacement en voiture. Voire, mieux, de se passer complètement de voiture. Ce qui est mon cas. Pour l’instant, et j’espère « tenir » le plus longtemps possible, la carte Le Vélo et l’abonnement à Autopartage suffisent amplement pour profiter au mieux de Marseille.

Pour la suite, on a pas mal d’idées (depuis une contribution sur CA, façon 1% Patagonia, jusqu’à la rénovation d’un vieil édifice en … chambre d’hôte), mais il faut que ça mûrisse un peu. Et, surtout, nous devons faire la preuve que nous savons faire rentrer suffisamment d’argent avant de le dépenser. Car pour l’instant nous dépensons, et ce n’est pas la partie la plus difficile ! Ce qui me fait penser qu’il faut rajouter l’humilité à la liste des valeurs à partager. Car c’est bien beau d’avoir des idéaux, nous devons d’abord faire nos preuves …

Plusieurs posts sont prévus bientôt pour détailler les autres Valeurs d’Autrement. A très plus, donc.

Michel

PS : merci à FinalFrontier Design pour l’illustration

Autrement, le concept, part 1

Chose promise, chose due. Alors, à quoi ça sert, Autrement ?

Et bien, pour faire simple, nous avons l’ambition d’être présents sur 3 métiers distincts. Le premier, en B to B, n’a pas vocation, du moins pour l’instant, à être décrit dans ce blog. Le second le sera plus tard, probablement au moment de sa mise en ligne, d’ici quelques mois. Quand au troisième, celui qui a donné son nom à la société, il est temps d’en dire quelques mots.

Tout est parti d’un constat, il y a 2 ans : à la recherche d’une chambre d’hôte à Serre-Chevalier, pour un week-end au ski, j’ai mis un temps fou à dénicher l’information que je cherchais, malgré Google, malgré l’existence de multiples annuaires, portails et autres sites web des chambres d’hôtes elle-mêmes. En se penchant un peu plus sur le sujet, j’ai fait le constat suivant :

  • il existe de plus en plus de chambres d’hôtes moyen à haut de gamme, qui soignent leur déco, leur architecture, leur emplacement, assez loin des chambres d’hôtes « à l’ancienne »
  • de plus en plus de voyageurs souhaitent s’éloigner des hébergements traditionnels de type hôtels (et notamment les hôtels de chaînes), trop impersonnels, trop chers, moins authentiques
  • pour le même prix, les hébergements de type chambre et maison d’hôtes offrent bien souvent des prestations supérieures
  • l’information existe (sur le web) mais elle est morcelée, hétérogène, peu accessible

Il y a donc une place pour un site éditorial qui mettrait en avant des lieux d’hébergements « Autres » – d’où le nom de la société – lieux qui ont chacun une spécificité, une histoire à raconter. Que ce soit le lieu lui-même, sa situation, l’histoire de ses propriétaires, les choix de déco et d’architecture, l’engagement dans le développement durable, etc. Autant de raisons qui nous feraient choisir ce lieu plutôt qu’un autre.

La question a été posée dans un commentaire précédent : est-ce un site pour les bobos ou les routards ? Alors on va dire : pour les urbains nomades, ceux qui veulent sortir des sentiers battus, ceux qui veulent dénicher la bonne adresse qui leur permettra de vivre une expérience plutôt que juste trouver un lit pour dormir. Donc on y trouvera des lieux juste « beaux », des lieux bénéficiant d’une situation exceptionnelle, des lieux insolites ou surprenants, des lieux chargés d’histoire ou d’émotion. En terme de prix, plutôt moyen à haut de gamme, mais nous trouverons aussi des hébergements bon marché, car il n’est pas nécessaire d’être cher pour être digne d’intérêt.

Si vous en connaissez, n’hésitez pas : notre chasse a commencé (ou plutôt celle de Marianne). Si vous hésitez, envoyez toujours, on fera notre boulot pour savoir si ça vaut le coup. On n’est pas sectaires : de la chambre d’hôte à la yourte, du boutique hôtel au cabanon, du phare breton (sans jeu de mot …) à la bergerie corse, on a l’esprit large !

Tiens, ça me donne une idée : on mettra sur le blog certaines de vos (et de nos) trouvailles.

En forme de clin d’œil : en photo, l’hébergement trouvé à Serre Chevalier : le Grand Aréa (www.grand-area.com). Plutôt un bon souvenir.

Michel