L’amour dure trois ans

Aujourd’hui 7 octobre 2013, nous fêtons les 3 ans du lancement du site Hotelhotel.com. L’occasion de prendre un peu de recul, et de se retourner sur le chemin que nous avons accompli ces dernières années. Cela fait d’ailleurs quelques jours que je pense à ce billet : que retenir de tout cela ? Il y a tellement de choses : anecdotes, succès, échecs, surprises, joies, déceptions … Le week-end a fait son œuvre, et le sable au fond de l’aquarium est retombé. De ces 3 dernières années, je souhaite retenir 3 choses : notre vision, nos valeurs, nos équipes. Bon, ça fait un peu sérieux et corporate dit comme cela, mais rassurez vous : on va vite rentrer dans le concret.

  • Une vision ?

Ce projet est né d’une vision partagée. L’idée que l’on pouvait faire plus simple, plus pratique et plus transparent dans la recherche d’hôtel sur le web. Et 3 ans plus tard, non seulement cette vision est plus que jamais d’actualité, mais mieux, elle est devenue un véritable service (nos sites web et mobiles), une organisation avec des vraies gens, une entreprise avec des actionnaires, une activité rentable et en croissance forte.

Cela peut paraître tout bête, mais c’est pour nous énorme.

Hotelhotel est maintenant beaucoup plus qu’une idée. Beaucoup plus qu’un projet, certes fédérateur. C’est un business, un vrai, avec des centaines de milliers d’utilisateurs chaque mois, un modèle économique sain et, je me répète, rentable. Non pas que gagner des sous nous obsède à longueur de journée, mais nous avons fait la preuve que l’on pouvait faire le pari d’embaucher 8 personnes (le double dans les 2 ans à venir, si nous continuons comme cela), et vivre d’autres choses que de levées de fond successives. Pour ceux qui sont dans le web depuis longtemps, et qui sont partis de zéro, c’est un accomplissement énorme, et nous savourons cela tous les jours.

Le site couvre aujourd’hui le monde entier, avec plus de 400 000 hébergements. Nous agrégeons et comparons 17 marchands. Notre guide couvre plus de 320 destinations – en Europe essentiellement -. Nos rédacteurs y ont sélectionné les meilleures adresses, pour toutes les cibles (famille, couples, hommes et femmes d’affaires, étudiants fauchés, etc …). Chaque mois des milliers d’internautes réservent une chambre d’hôtel après avoir surfé sur notre site.

Mieux : notre techno de comparaison des prix a été choisie par d’autres sites spécialisés dans le tourisme et le voyage (Holidaycheck, Vinivi, Cityvox, entre autres), car elle est redoutablement efficace.

Alors certes, nous avons eu notre lot de déceptions, de mauvaises nouvelles. Inutile de les cacher d’ailleurs : cela fait partie de notre histoire, et nous ne pouvions pas tout réussir. Pour ne citer que les points les plus importants : nous n’avons pas lancé la véritable V2 de notre appli mobile, que nous avons pourtant bien en tête (sa promesse, son positionnement, les nouveautés qu’elle apportera). Nous avons encore trop de bugs ou, tout au moins, d’imperfections qui rendent l’expérience utilisateur parfois peu fluide, alors que c’est précisément dans ce domaine qu’il faut progresser. Nous avions un plan de développement très ambitieux, qui passait par une grosse levée de fond, que nous n’avons finalement pas pu mener à bien. Sur ce point nous avons revu nos ambitions à la baisse, et, avec le recul, ce n’est probablement pas plus mal. Ce sont aujourd’hui 23 actionnaires qui nous ont fait confiance (des particuliers pour la plupart), et notamment, lors de notre dernière levée de fond, les business angels de PBA. Pour eux – ils nous ont quand même confié leur argent, avec une prise de risque élevée -, mais aussi pour nos équipes, nos prestataires, nos partenaires, nous sommes très très fiers d’avoir respecté nos engagements, avec, pour faire simple, un chiffre d’affaires multiplié par 4 tous les ans, et un break-even atteint en avril 2013, avec 3 mois d’avance sur notre plan de route.

L’hiver dernier nous avons eu l’opportunité de réaliser notre première acquisition : le site hotelaparis.com est venu enrichir un bouquet déjà bien fourni (hotelhotel.com, chambresapart.fr, notre appli mobile, …). Nous sommes en train de travailler à la nouvelle version de ce site qui avait acquis un vrai leadership sur le plus gros marché de l’hôtellerie européenne : Paris.

Bref, on peut être fiers de ces accomplissements, et nous le sommes.

  • Les valeurs.

On avait placé la barre assez haut sur ce sujet. On avait même utilisé cette image, un peu excessive, en disant qu’on se rajoutait un fardeau supplémentaire. On s’est même pris de retours de bâton assez sévères : voir la liste des commentaires sur la question du tag Gay Friendly.

Mais aujourd’hui on a la conviction qu’on a respecté nos engagements et que nous sommes restés cohérents. A titre personnel, je suis même persuadé que c’est l’une des raisons de nos premiers succès. Celles et ceux qui ont rejoint l’équipe l’ont fait, entre autres, parce qu’ils adhéraient à un projet qui avait du sens. Ils ne seraient pas restés si les actes n’avaient pas été conformes au discours. J’ai la faiblesse de penser qu’ils n’ont pas juste rejoint une entreprise pour avoir un salaire à la fin de mois, mais qu’ils adhérent à une histoire, et que cette histoire fait écho à leurs convictions personnelles.

Ces valeurs n’ont pas changé. Nous recherchons toujours la transparence, vis à vis de nos utilisateurs, mais aussi au sein de notre écosystème (partenaires, fournisseurs, prestataires). On ne sait pas faire autrement que baser notre quotidien sur les respect des gens qui nous entourent. On est plus que jamais convaincus que donner une grande autonomie aux équipes est un formidable levier pour bien bosser, pour être heureux dans son taf. Quel que soit l’horaire, quel que soit l’endroit. On essaye de minimiser notre empreinte carbone même si, sur ce sujet, la nature de nos activités rend les choses plus simples.

Une anecdote me revient à l’esprit. Il y a 3 ans nous avions tiré à boulet rouge sur Ryanair. A l’époque le sujet était dans toutes les conversations, et nombreux étaient ceux qui partageaient nos convictions, sans pour autant pouvoir les afficher publiquement, car Ryanair est, dans le secteur du voyage, un acteur incontournable en Europe. Il semble qu’aujourd’hui la justice ait confirmé qu’ils avaient franchi la ligne jaune, et même son bouillonnant PDG fondateur semble revenir, tout au moins dans ses paroles, à une forme de respect à laquelle il ne nous avait plus habitué.

Dernier point, et transition vers la troisième partie de ce – long – post : vous pouvez faire confiance à nos équipes, pour ce qui est du respect de ces valeurs initiales. L’avantage d’avoir recruté de fortes personnalités, c’est qu’elles sont intraitables sur ces points essentiels : je les sais très vigilants sur le respect de nos engagements, et gare à moi si je suis pris en flagrant délit de contradiction. Il est d’ailleurs révélateur que les plus grandes disputes que nous ayons eues (oui oui, parfois le ton monte en interne :-)) n’aient jamais porté sur des sujets fondamentaux, mais plutôt sur des détails d’organisation. A ce sujet je conseille à tous la lecture du best-seller « Ma vie sans planning » , par Jérémy Lecour, notre vénéré CTO.

  • Les Gens

Il y a 2 ans, lors du premier anniversaire de lancement d’HotelHotel, je soulignais déjà à quel point l’équipe était l’élément clé de ce projet.

Je confirme.

Pour éviter de me répéter, je m’en tiendrai à 2 sujets qui illustrent cette conviction.

  • En premier lieu, j’aimerais raconter le parcours de Coralie, qui s’occupe de notre SEO. C’est peu de dire qu’elle apporte sa pierre à l’édifice : les positions d’Hotelhotel sur Google ont énormément progressé ces 2 dernières années. Coralie a commencé par faire un stage chez nous. Vous savez que nous sommes susceptibles sur ce sujet, depuis ce billet. Puis Coralie a fait un CDD, vite enchaîné par un CDI. Je précise que le CDD n’est pas le contrat type chez nous : il faut juste que nous gérions l’augmentation des frais fixes avec prudence, et embaucher un CDI est une décision très engageante, autant la prendre quand nous sommes prêts à l’assumer. Aujourd’hui Coralie a 22 ans (« 23 dans moins d’un mois ! », me précise-t-elle), elle se retrouve en position de manager d’autres personnes (en interne ou en externe) et fait preuve d’une maturité qui nous rend très confiant sur tout le chemin qu’on peut encore parcourir ensemble. Je cite cet exemple, mais il y en a d’autres : Clémence, qui rédigeait des piges pour nous, et qui a été embauchée comme Responsable Éditorial. Colin, qui avait travaillé en presta externe, et qui a rejoint il y a quelques mois l’équipe de dév. Jessica, ex-stagiaire également, aujourd’hui en CDD à mi-temps … Bref, ce n’est pas une vue de l’esprit que de dire, et d’écrire, que chacun a sa chance dans ce projet.
  • En second lieu, j’aimerais m’attarder sur nos anciens. Et oui, il y a des gens qui quittent Autrement, en général pour des raisons tout à fait respectables (privées ou professionnelles). On est fiers d’avoir fait un bout de chemin avec eux, et chacune des leurs réussites nous réjouit. Anne-Laure, partie en Bretagne, a rejoint un projet très ambitieux. Tim est devenu l’un de piliers d’une start-up très prometteuse. Antonin est devenu le Country Manager d’HotelTonight. Willy est aujourd’hui juriste à la CNIL (rien que ça !). C’est bien sûr leurs compétences et leur personnalité qui les ont mené là où ils sont, mais l’idée que nous ayons une place dans leur parcours respectif nous apporte Joie, Félicité et Bonne Humeur (1).

Pour terminer, je souhaiterais prendre encore un peu de recul. Ce très long post n’avait pas pour objectif l’auto-satisfaction. Nous savons ce que nous sommes : une petite boîte dans un marché énorme, ultra-concurrentiel, et nous avons encore énormément de choses à prouver. Ces derniers mois nos principaux concurrents (Trivago, Kayak, TripAdvisor, rien que ça) se sont carrément lancés dans la publicité télé, y compris le dimanche soir à 20h30. Google n’est pas en reste, et affine chaque jour son Google Hotel Finder. C’est peu de dire que rien n’est fait …

Ça tombe bien : l’idée que « ça, c’est fait » est un peu le contraire de notre état d’esprit permanent. Voilà qui nous relie – enfin ! – au titre de ce post : dans le business aussi, rien n’est jamais acquis.

Michel

PS : à choisir, dirigez vous plutôt vers le livre, mieux que le film.

(1) Et pendant ce temps là, Delphine fait des bébés

Advertisements

3 réflexions sur “L’amour dure trois ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s