Stage, piège à con ?

Désolé pour le titre, mais c’est un sujet qui nous tient à coeur, et sur lequel j’ai eu, souvent, l’occasion de m’écharper avec certains de mes anciens collègues. Au passage, et pour éviter toute polémique, je précise que je ne fais pas référence à Bertrand et à mes anciens voisins de bureau de Cityvox, qui sont sur la même longueur d’onde que moi sur ce sujet.

Alors, d’où vient ce coup de gueule ?

Tout simplement de l’observation de pas mal de boîtes, grandes ou petites. Des boîtes qui se servent de stagiaires pour faire des économies, pour payer (quand il y a indemnités …) les gens au rabais, pour avoir un minimum de frais fixe et pour reporter le besoin de souplesse sur les autres. Combien de fois ai-je entendu « on n’a qu’à prendre un stagiaire » avec le lourd sous-entendu que « ça ne nous coûtera rien, on ne prend pas de risque » ou « on n’a pas d’argent, on peut toujours utiliser quelqu’un qu’on ne paye pas » ? Pire encore : « mais tout le monde le fait, on serait trop cons de ne pas le faire ».

Et après tout, qu’est-ce qu’un stage ?

Pour nous, et comme dans tout contrat que lie deux personnes, il s’agit d’un échange équilibré entre deux parties. Pour le stagiaire, c’est, essentiellement, un moyen d’apprendre un métier, de se former et, dans une moindre mesure, une façon de mettre un pied dans l’entreprise. Pour l’entreprise, il s’agit avant tout de repérer, en amont, les futures embauchés, et ce avec un risque financier faible. Si l’on respecte cet échange, cela a pas mal de conséquences dans la relation Entreprise / Stagiaire :

  • l’Entreprise, et en particulier la personne qui encadre le stagiaire, doit consacrer beaucoup de temps à former et à transmettre son savoir; ce temps à un coût, rarement pris en compte par ladite entreprise ou, pire, volontairement diminué au maximum (l’encadrant étant lui-même sous l’eau, ce qui a pour fâcheuse conséquence de laisser le stagiaire … seul … sans personne pour le former)
  • le Stagiaire est là pour apprendre : quel intérêt pour lui de rester 1 an sur le même poste (sauf quelques métiers dont l’apprentissage est très long) ? il peut, à juste titre, être très exigeant sur ce sujet là; voire quitter son employeur en cours de stage s’il a l’impression de ne plus progresser

Il y a pas mal de signaux qui ne trompent pas, et qui permettent d’identifier les entreprises qui profitent assez cyniquement de la situation déséquilibrée entre Recruteur et Recruté. En voici quelques uns, mais il y’en a peut-être d’autres que j’ai oubliés :

  • Stages de très longues durées
  • Postes uniquement occupés par des stagiaires
  • Sous-encadrement des stagiaires, et son deuxième effet kiss cool : responsabilités anormalement élevées transférées sur les épaules du stagiaire
  • la proportion de stagiaire dépasse les 30% dans une équipe donnée, ou pire, au total de l’entreprise
  • un activité de l’entreprise n’est rentable qu’à la seule condition que des stagiaires la fassent tourner

On nous fera remarquer qu’il y a des secteurs d’activités par essence plus consommateur de stagiaires. Car ils sont terriblement attractifs (les métiers de la culture, le luxe, l’événementiel, etc.), ou très peu rentables. Ou les deux (aïe !). Dans tous les cas, si la relation entre les deux parties est équilibrée, pourquoi pas ? Mais ce n’est pas toujours le cas ..

Inutile de dire que ne sommes très loin de cet état d’esprit, chez Autrement. On aimerait bien, si l’on ose dire, et parce que les ressources sont limitées dans les premières années d’une entreprise, se dire qu’on peut faire le travail de 10 personnes pour le coût de 3. Et on se souvient qu’on aime les relations équilibrées. Et que déséquilibre et cynisme risquent de nous revenir bien vite à la figure.

Ce qui ne nous empêche pas de rechercher des stagiaires. Motivés, talentueux.

Et avec embauches à la clef.

On attend vos candidatures.

Michel

Publicités

3 réflexions sur “Stage, piège à con ?

  1. Tout à fait d’accord avec toi. Il y a de nombreuses boites qui abusent de ce statut précaire en confiant le boulot d’un salarié à des stagiaires payés une misère.

    De l’autre côté, celles proposant de vrais stages formateurs restent rare… mais quand on en trouve une c’est vraiment un excellent moyen pour progresser et apprendre réellement un métier !

    Je suis dans une situation un peu différente : j’ai des pistes de CDD / CDI mais ça pose des soucis à l’administration de mon université qui veut absolument une convention de stage (vive la rigidité de l’administration française :/ )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s